Ils débouchèrent sur une salle parfaitement cubique dont les murs étaient faits de pierres de tailles. La perfection de l’ouvrage les surprit. Comment se faisait-il qu’une pièce souterraine puisse être aussi remarquablement construite ? Ils se redressèrent mais ne purent pas se mettre entièrement debout ; leurs têtes touchaient le plafond.
 
Ils s’approchèrent du mur opposé à la sortie du boyau et passèrent la main sur un dessin géométrique gravé dans la pierre. Il représentait plusieurs cercles imbriqués les uns dans les autres et, au centre, une étoile dont les pointes se prolongeaient par de petits cercles contenant chacun un signe ésotérique. La figure devait mesurer environ un mètre de diamètre. Mike dirigea l’objectif de son portable et prit une série de photos.
 
Du bout de ses doigts, Amberlee sentit que l’étoile centrale ressortait légèrement du mur.
 
Elle cala ses ongles sur les bords de l’objet et tira autant qu’elle le put. Elle redoubla d’effort lorsqu’elle sentit que l’étoile se détachait peu à peu. Elle était en fait parfaitement encastrée dans la pierre sur une profondeur de deux centimètres. Enfin parvenue à la sortir de sa loge, elle la mit dans sa paume et la contempla avec émerveillement.
 
(Extrait du chapitre 9)
Dessin : Jeanne GAVIGNET
Dessin : Jeanne GAVIGNET
Amberlee recula d’un pas, mais comme le gouverneur avançait vers elle, elle dut reculer encore. Son dos finit par heurter la rambarde qui délimitait la terrasse. Elle tourna la tête et vit avec effroi le vide derrière elle.
Elle vit les deux mains du gouverneur s’approcher de sa gorge. La passion de la colère avait finalement engendré une progéniture malfaisante. L’horrible démon, rouge et hurlant de fureur, n’avait plus qu’à pousser devant lui ses enfants : la haine et le meurtre.
 
Hors de lui, le gouverneur s’était arc-bouté sur la jeune fille et lui serrait maintenant le cou avec une fureur décuplée par la rage. Sa bouche était crispée dans un affreux rictus, et ses yeux exorbités n’exprimaient plus rien d’humain.
 
Les mains attachées dans le dos, Amberlee pouvait à peine se débattre. En plus de la douleur lancinante qu’elle ressentait aux poignets, la barre supérieure de la rambarde lui meurtrissait le dos.
 
(Extrait du chapitre 34)
Mike s’approcha de la rotonde. Après avoir gravi les quelques marches qui permettaient d’y accéder, il découvrit en son centre un plateau en pierre qui ressemblait à un autel circulaire. Lorsqu’il fut assez près pour voir sa surface, il reconnut la fameuse figure ésotérique du château de Cyranide. Gravé dans le bloc de granit, l’archéomètre était composé des mêmes cercles concentriques et des mêmes étoiles. La plus importante, une étoile à douze branches, était contenue dans les quatre premiers cercles concentriques ; le vide, laissé par la plus petite, au centre d’un ensemble de quatre autres cercles concentriques, était très certainement destiné à recueillir l’étoile d’émeraude.
 
Le jeune garçon était fasciné par cette figure géométrique. Elle exprimait une harmonie tellement extraordinaire ! Il sortit l’étoile d’émeraude de sa poche et l’approcha de sa loge. Une force mystérieuse semblait commander à sa main de l’imbriquer dans le plateau de pierre. Il n’en était plus qu’à une dizaine de centimètres qu’une étrange lumière se mit à jaillir de l’orifice. Plus Mike approchait l’objet et plus les rayons redoublaient d’intensité.
 
(Extrait du chapitre 34)
Dessin : Jeanne GAVIGNET
L'étoile d’émeraude est au centre de toutes les attentions. Mike et Amberlee l’ont découverte par hasard et Cosinus le python, veille sur elle.
 
D’où vient-elle? Pourquoi leur vie est-elle désormais menacée par d’inquiétants personnages qui veulent la récupérer?
 
Les jeunes gens parviendront-ils à déjouer les pièges tendus par des adultes mal intentionnés? Le bien triomphera-t-il finalement?
 
De nombreuses péripéties émaillent le parcours de Mike et Amberlee et les épreuves qu’ils vont subir les rendront plus forts pour finalement leur permettre de faire face à leur destin.
 
Un récit haletant pour un public en quête d’émotions fortes.
 
À partir de 12 ans.
13,50 euros Editions Artège
L

Suivez la trilogie sur les réseaux sociaux !